5 conseils utiles pour sortir de sa zone de confort ( et le faire bien !)

Certainement que vous avez déjà entendu un certain nombre de fois cette expression très à la mode aujourd’hui ? Peut-être même qu’elle vous hérisse un peu le poil ? Voir qu’elle vous crée une sensation désagréable ? Ou pire encore qu’elle vous fatigue avant même d’avoir tenté quoi que ce soit ! 

Et pourtant vous ressentez par moments ce petit quelque chose qui vous invite à sortir de votre routine, à expérimenter des choses nouvelles, bref à oser ! 

Pas de panique ! Nous allons voir ensemble 5 points pratiques pour vous aider ! Une check-list à suivre pas à pas, qui vous permettra de vous sentir plus en confiance pour expérimenter cette sortie de zone ! Et puisqu’il est question d’actions dans ce sujet, je vous réserve également en bas de l’article un défi à relevé

Êtes-vous prêt à vous challenger ? 

On commence en premier lieu par une petite mise au point indispensable. 

Définition de la zone de confort : 

Une zone de confort est tout simplement un concept psychologique dans lequel l’individu se sent en sécurité avec des habitudes ancrées, une routine présente et qui semble rassurante de prime abord ! Nous verrons que c’est plutôt un jeu de l’esprit qu’une réalité ! En somme, c’est une zone de maîtrise ! 

Si vous avez lu l’article sur les besoins, on n’a évoqué la notion de besoins primaires qui s’apparentent aux besoins de survie et de sécurité. Cette sécurité peut être matérielle, financière, émotionnelle et liée à notre environnement. Notre cerveau recherche donc en permanence à ressentir cette sensation de sécurité, même si de façon objective elle n’est pas vraiment épanouissante ! D’où son aspect rassurant ! 

Nous disposons donc tous d’une zone de confort qui nous est propre et individuelle. 

Il est parfois cependant difficile d’en prendre conscience et de pouvoir l’identifier. On peut alors ressentir différentes émotions comme de la frustration, de l’amertume voir même de la colère. 

On peut aussi projeter sur l’extérieur nos propres peurs de passer à l’action. Quand vous critiquez quelqu’un par exemple, demandez-vous réellement ce que cela reflète en vous ? Est ce que cette personne extravertie vous agace, car finalement, c’est un peu de cela qu’il vous manque ? De l’audace ? Est ce que quand vous voyez votre collègue accéder à des promotions ça vous fait grincer des dents ? Peut-être que là aussi vous aimeriez plus d’assurance et de confiance en vous pour postuler à des offres ayant plus de responsabilités ? Ces ressentis sont  des signaux qui peuvent vous indiquer là où se situe votre zone de sécurité et surtout vers quoi vous devez tendre pour en sortir !

Alors pour certains, rester dans sa zone de confort est suffisante, car elle répond à des besoins et c’est très bien ainsi, mais pour d’autres sortir de sa zone va être un passage indispensable

” Si tu fais toujours ce que tu as l’habitude de faire, tu récolteras ce que tu as toujours récolté”

Albert Einstein

En effet, c’est un espace imaginaire et conceptuel qui n’est pas réellement propice à l’évolution, à l’ouverture aux opportunités et encore moins aux changements.

C’est pourtant une étape tellement importante ! Elle est source de motivation, d’apprentissage, de croissance personnelle entre autres. Mais encore faut-il pouvoir s’en extraire ! 

Les 3 raisons qui empêchent de passer à l’action.

La perception de l’inconnu : 

 À vrai dire, notre inconscient déteste ce qu’il ne maîtrise pas ! Il faut comprendre que pour se sentir en sécurité, notre système nerveux utilise des valeurs de référence de notre passé. Ce qui lui permet de comprendre et de ressentir la situation. 

Donc quand on se projette dans une situation inconnue, l’inconscient ne peut pas se référer à quelque chose qu’il maîtrise ! Il va ainsi percevoir l’inconnu comme un danger potentiel. De ce fait, il va mettre en place tout un tas de mécanismes pour éviter de s’y confronter ! La peur, la fuite, le doute, des représentations négatives sont autant de moyens qu’il va mettre en œuvre pour vous faire freiner des quatre fers ! 

il faut également savoir que notre inconscient gouverne de façon massive nos réactions émotionnelles mais aussi nos comportements. Un peu comme un iceberg ! Alors imaginez sa force de persuasion ! Ces mécanismes peuvent donc être très envahissants !

Conscient VS inconscient

Notre système nerveux  utilise nos expériences de vies, notre propre filtre interne pour appréhender une situation à venir et la mentaliser.

La peur de l’échec ! 

Comme dans toutes expérimentations nouvelles, il y a un risque. Celui de se tromper ou de ne pas réussir ce qui a été imaginé en amont. Échouer reviendrait à dire que vous n’êtes pas à la hauteur ou que vous n’êtes pas capable n’est ce pas ? 

C’est typiquement cette pensée limitante qui est problématique. Car l’échec n’existe que dans votre représentation. Depuis l’enfance, nous évoluons dans un système qui est plutôt binaire. Il y a soit des gagnants soit des perdants, soit des premiers soit des derniers.

Or dans la réalité les choses sont beaucoup plus nuancées que cela et heureusement ! 

Et si vous transformiez l’échec en apprentissages ou en expérimentations, est ce que cela fait une différence en vous ? 

Questionnez-vous sur cette notion d’échec ? Est-ce une notion qui est plutôt marquée chez vous ? Et à quoi l’associez-vous ?  

C’est une pensée limitantes extrêmement enfermante ! Il est certain que si on ne sort pas de sa zone de confort on ne prend pas ce risque. On se préserve, du moins, on préserve son mental, mais à quel prix ? 

Pourtant, cette sensation n’est pas complètement négative, car elle a bien une fonction qui peut nous être très utile. 

En effet, elle nous mets en garde dans le but de nous protéger. En nous proposant des scénarios catastrophes elle nous permet d’identifier et d’anticiper certaines difficultés. Son rôle est donc important, ne faites pas la peur d’échouer un obstacle, mais plutôt un allié

Cependant, il y a l’échec et se mettre en échec. Ce sont deux choses légèrement différentes. La première est donc le risque de toutes expérimentations nouvelles tandis que la seconde s’apparente plutôt à de l’auto-sabotage.

L’auto-sabotage.

C’est un mécanisme inconscient qui va se traduire par des comportements qui risque de mettre en péril votre projet. Et la source de ce problème est un manque conséquent d’estime de soi

On ne sent pas à la hauteur alors on va mettre en place des attitudes qui auront pour objectif de nous prouver à quel point nous avions raison. Par exemple, c’est quand vous avez un entretien d’embauche qui vous motive beaucoup, mais qui implique un gros changement dans votre vie, donc une sortie de zone de confort conséquente et que vous arrivez en retard ! 

Ces comportements viennent finalement renforcer les peurs de l’échec et inscrivent dans votre inconscient que sortir de sa zone de confort est vraiment trop complexe !

C’est un sujet très dense et intéressant dans lequel je reviendrais plus en détail ! 

Alors vous allez me dire : ” Ok, mais tout ça, c’est inconscient donc je n’ai pas de pouvoir dessus ! “

C’est pas tout à fait vrai !

Car nous pouvons faire en sorte de temporiser ces mécanismes. Pour cela, il est nécessaire d’identifier nos émotions, de connaître le processus qui découle d’une sortie de zone et d’établir un plan d’action

Processus :

Comme toutes transitions, sortir de sa zone de confort est un processus fait d’étapes. Elles sont aux nombres de 4. 

Zone de confort
  • Le lâcher-prise pour passer de la zone de maîtrise à celle de l’inconnu ou des peurs. C’est ni plus ni moins l’acceptation et l’accueil de ce que l’inconnu peut apporter 
  • La prise de risque qui permet de sortir de l’inconnu pour accéder à l’apprentissage. Elle se réfère donc au fait d’acter une décision dans laquelle on ne maîtrise pas tous les tenants et les aboutissants. 
  • L’expérimentation qui se retrouve entre l’apprentissage et la croissance. Ici on ressent et on accueille les différentes émotions. On développe ainsi des compétences nouvelles et des comportements différents. 
  • L’évaluation : c’est le calme après la tempête ! Elle fait partie de la zone de croissance et qui permet de faire le point sur ce qui a été bénéfique ou non pour soi dans cette situation. Mais aussi de pouvoir y apporter des modifications si nécessaires. Cette étape est souvent source d’une très grande motivation pour poursuivre notre quête première ! On se sent un peu pousser des ailes ! 

Une fois ré-installer dans la zone de croissance, on va de nouveau se créer des habitudes et au bout d’un certain temps la zone de croissance deviendra notre nouvelle zone de confort ! 

 En somme, c’est un jeu sans fin ! C’est un processus qui se répète dans le temps. Cependant, on ne repart jamais au début puisque nous aurons acquis de nouvelles compétences. Mais aussi on aura renforcé notre estime de soi et notre confiance nous permettant d’affronter différemment la zone d’inconfort et la prise de risque lors du prochain round ! 

La compréhension de ce processus permet de le conscientiser. Ce qui diminuera la peur en préparant l’inconscient à vivre ces différentes étapes ! 

Les 5 points indispensables à connaître avant de se lancer (check-list)  :

  • Prenez le temps de la réflexion : identifier vos émotions, vos peurs, vos freins, mais aussi les besoins qui sont les vôtres en lien avec votre situation. Analyser et prenez un peu de hauteur !  ! Qu’est-ce qui aujourd’hui vous empêche de passer à l’action ? Quelles sont les croyances limitantes qui en découlent ? Qu’est-ce que vous aimeriez modifier ? 
  • Fixez-vous des objectifs claires, réalisables, et accessibles avec une limite de temps. Il est indispensable de procéder par étapes tout en gardant en tête le but final pour ne pas vous sentir dépassés et générer des comportements d’auto-sabotage. 
  • Identifiez les modalités de réalisation en fonction de vos objectifs. C’est-à-dire quels sont les moyens que vous allez utiliser pour vous permettre d’atteindre votre but. Pour cela n’hésitez pas à tenir un cahier de bord !
  • Passer à l’action ! Le premier pas est toujours le plus douloureux, mais suivez votre check-list d’objectifs pour vous aider ! Même si cette étape prend du temps avant que vous ne voyiez les résultats, soyez patients ! Aidez-vous de mantras, citations inspirantes si besoin ! Le but n’est pas d’y arriver rapidement, c’est d’y arriver tout court ! 
  • Apprenez à dompter vos émotions : une fois la zone de confort dépassée, vous allez vivre un tourbillon d’émotions avec des doutes, des incertitudes ou des peurs. Entourez-vous de personnes de confiance et inspirantes qui pourront vous soutenir dans ces périodes. Utilisez des outils de développement personnel comme la médiation, la relaxation ou encore la cohérence cardiaque entre autres pour apaiser les craintes du mental. Developpez votre intelligence émotionnelle. Plus vous connaîtrez vos réactions face à vos peurs plus vous serez en capacité de pouvoir y apporter des réponses sécurisantes pour continuer d’avancer ! Toutes ces émotions sont tout à fait normales et légitimes ! Déculpabilisez-vous ! Si vous vous rendez compte que votre objectif de départ est trop élevé ou qu’il est nécessaire de le modifier, réadaptez le ! 

Rappelez-vous que le but n’est pas de vous mettre en difficulté plus que de raison, mais de faire de cette expérience une belle aventure ! Votre système nerveux s’y souviendra ! 

Bien sûr, vous pouvez être accompagné par un coach ou un thérapeute tout au long de votre processus de changement. 

En fonction de ce vers quoi vous décidez d’aller, il sera même fortement recommandé de ne pas le faire seul ! 

Conclusion :

Vous l’aurez compris, sortir de sa zone est une étape indispensable à toutes personnes souhaitant réaliser des nouveaux projets, mais pour ce faire il est nécessaire de suivre un processus. Il permettra de s’assurer que vos objectifs ne répondent pas à une réaction émotionnelle pouvant nous conduire sur des chemins un peu chaotiques !

Cependant, il n’est pas nécessaire d’attendre de vouloir opérer de grands changements pour sortir un peu de sa zone de sécurité ! Il est même très intéressant de le faire régulièrement par des petites actions. Vous renforcerez ainsi votre confiance en vous et vous allez grandement accroître votre motivation pour opérer des changements plus importants à l’avenir ! 

Et justement, je vais vous proposer un défi dans ce sens !! 

Tout d’abord, l’idée est de faire quelque chose qui ne vous semble pas trop complexe, mais juste d’expérimenter un peu vos capacités.

Vous êtes prêt ? 

Le défi : 

Réalisez une action dans une limite de temps assez courte, une toute petite action si besoin, mais qui vous sorte de vos habitudes et vous fasse un peu expérimenter vos réactions face à l’inconnu ! 

Vous avez envie de contacter quelqu’un et vous n’osez pas ? Ou de vous inscrire à une formation qui vous fait envie depuis longtemps ? Oser une coupe de cheveux ou encore des vêtements que vous aimeriez porter ? Vous mettre à la pratique d’un sport ou prendre des cours de peinture ? 

Bref ! Quelque chose qui vous fait envie et pour lequel vous pensez retirer un bénéfice positif.   

Et comme j’adore les défis, je l’ai aussi réalisé comme vous pourrez le constater en regardant cette vidéo !

Mettez-moi en commentaire le défi que vous vous lancez ou le résultat de votre expérience !  

C’est parti ?

Je vous souhaite une très belle aventure !! 

L’article vous a plus ? Partagez-le ! Vous avez certainement des amis qui pourraient être concernés ! 

Crédit photo : Image par MoteOo de Pixabay ; Image par Merio de Pixabay ;  Image par mohamed Hassan de Pixabay ; Image par carlos pereyra de Pixabay

Marion SOULET

8 réflexions sur « 5 conseils utiles pour sortir de sa zone de confort ( et le faire bien !) »

  1. Bel article, intéressant et qui propose surtout une mise en pratique concrète ! De quoi se questionner vraiment et se mettre au défi .

    1. Merci pour ton retour ! L’idée première est en effet de pouvoir se questionner, se remettre un peu en question et surtout de se mettre en mouvement !

    1. Salut Mélanie ! Oui en effet c’est pas toujours très confortable à la base mais les effets bénéfiques que l’on y retire valent bien cette petite montée en pression ! A bientôt

  2. salut Marion, il m’est arrivée de sortir de ma zone de confort et cela a été une expérience formidable. Lorsqu’il faut des décisions pour sa vie, alors il le faut.;; bel article, merci à toi

    1. Super Paula, merci de ton retour d’expériences ! En effet cela procure une sensation de liberté et de plaisir immédiat qui est très enivrant.

  3. Intéressant cet article avec des mises en pratique.
    Surtout que lorsque l’on parle de sortir de sa zone de confort cela peut être des choses simples. On n’est pas obligé de faire le tour du monde seul en voilier tout de suite :). Plus sérieusement, j’ai souvent constaté que certaines personnes ne faisaient pas d’activités par manque de motivation. Surtout seul. Et pourtant c’est un bon moyen et exemple il me semble de changer ses habitudes.
    C’est comme en voyage. En sortant des sentiers battus on rencontre des gens qui ont un aisance certainement due au fait d’être sorti de sa zone de confort en pratiquant ce type de voyage.

    Merci pour l’article

    1. Merci Luc pour ton commentaire. Tu as parfaitement raison et j’aime beaucoup ton lien avec le voyage. Ce qui pose problème dans le fait de ne pas réussir à faire seul(e) est la notion de privation et de dépendance. Le partage d’une activité que l’on aime n’est finalement que la cerise sur la gâteau. S’autoriser et trouver comme tu le dis bien sa propre motivation permet ensuite de se sentir plus responsable de soi même, sans attendre que l’Autre ne vienne répondre à des besoins dont on arrive pas ( encore ) à répondre soi même :). Au plaisir 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page
268 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer245
Partagez23
%d blogueurs aiment cette page :