Avez-vous vu…la série Unorthodox?

Vous aimez la découverte ? Apprendre ? Vous êtes de nature plutôt curieuse ?

Vous êtes au bon endroit ! Dans ce nouvel article, je souhaite justement vous proposer quelque chose de nouveau. Une autre façon d’aborder des notions de développement personnel. Pour cela, j’ai créé ces petites chroniques que j’appelle les “ Avez-vous vu…? ”.

Elles permettront de compléter certains thèmes de mon blog sous une autre forme. Elles porteront ainsi sur des films, séries, œuvres ou livres en lien avec ce que j’aborde ici. Cependant, je vous rassure, je ne vais pas me transformer en critique, le but n’est pas là ! Il me semble cependant intéressant d’amener le débat ou la réflexion sur des sujets parfois difficile ou complexe de façon plus ludique et originales.

Ça vous tente ? 

Alors, pour débuter cette première chronique, je souhaite vous parler d’une série que j’ai découverte par hasard sur Netflix. 

La série “Unorthodox” vous l’avez vu ?

Il s’agit donc d’une mini-série de 4 épisodes faisant chacun 55 min. Je n’en avais jamais entendu parlé et je l’ai adoré. A vrai dire je l’ai même dévorée

D’ailleurs, les critiques en font un retour très positif comme AlloCiné qui en parle comme “ d’une série bouleversante et percutante “ ou encore Marie-Claire qui l’a juge “ poignante et haletante”.

Mais alors de quoi parle t’elle ?

Le contexte :

A travers cette série, qui se passe à notre époque, on fait la connaissance d’une jeune femme de 19 ans qui se prénome Esther Shapiro. Elle habite à New-York et vit depuis toujours dans une communauté juive ultra-orthodoxe. On fait également la rencontre de “ Yanky ” son jeune mari lui aussi issu de la même communauté. On va suivre durant toute la série leur évolution personnelle, mais aussi les différentes étapes de leur vie.

Tout d’abord, il me semble important d’évoquer le fait qu’il s’agit d’une histoire issue de faits réels. Elle a été bien sûr romancé pour les besoins du  film. En effet, la série a été adaptée d’une œuvre autobiographie de Deborah Feldam et de son ouvrage “ the Scandalous Rejection of My Hasidic Roots “ ou “ Le rejet scandaleux de mes racines hassidiques”.

Pour situer un peu plus le contexte dans lequel se déroule la série, il faut savoir que les hassidiques, dont dépends Esther et Yanky, représente une communauté juive minoritaire très conservatrice et croyante. Beaucoup de règles la compose comme toutes communautés. Cependant, les leur sont assez rigoureuses et paraissent vraiment en décalage avec le reste de la société dans laquelle ils évoluent malgré tout. On y retrouve par exemple la pratique des mariages arrangés, le refus des nouvelles technologies, des rites religieux très présent, le refus de l’éducation des femmes. Bref un fonctionnement plutôt patriarcal en somme. On y voit aussi de belles valeurs de partage, de soutien et d’amour . Rien n’est jamais noir ou blanc n’est ce pas ? 

Synopsis:

Pour revenir à la série, Esther est donc née dans cette communauté, élevée par ses grands-parents. En effet sa mère à disparue alors qu’elle n’avait que 3 ans. On découvrira d’ailleurs au fil des épisodes son histoire. De plus, son père, peu investi dans son rôle souffre d’une addiction très importante à l’alcool, ce qui le rend peu fiable auprès de sa communauté.

Comme toutes les jeunes femmes de sa communauté, Etsher vit avec cette aspiration inébranlable à devenir une épouse aimante, une femme au foyer et une mère. Son éducation est ainsi conditionnée pour venir répondre au mieux aux exigences de ses pairs.

A vrai dire, elle y met beaucoup de bonne volonté voulant à tout prix être à la hauteur de ce que l’on attend d’elle. Ainsi, elle pourra faire honneur à sa lignée, à sa famille et à sa communauté. 

Elle va donc traverser toutes les étapes avec succès, accédant ainsi au mariage tant attendu.  Cependant au fond d’elle, Esther à des envies de liberté et est animée par une curiosité du monde extérieur. 

De nature discrète et peu loquace, elle rêve en secret de musique, de voyage et d’amour sincère. Tout cela, elle en parle à personne, honteuse que sa condition ne lui suffise pas. Toute cette frustration ressentie viendra d’ailleurs l’a plonger dans de nombreuses souffrances. En effet, à force de ne pas écouter les émotions qui l’habitent, son corps va devenir un réel exutoire. Ce qui engendra beaucoup de problèmes dans sa vie de couple. C’est aussi ce qui lui permettra de mieux se comprendre et d’affirmer les réels besoins qui sont les siens. 

Elle va alors se retrouver face à un dilemme. Comment va-t-elle pouvoir vivre cette situation conflictuelle ? 

Elle décide d’utiliser la fuite, partir sans dire un mot pour aller retrouver sa mère à Berlin. Cette décision sera d’ailleurs perçu comme un affront supplémentaire par sa famille. 

En bref !

Pour conclure là-dessus, afin de ne pas tout vous raconter, je dirais que c’est une série très bien réalisée avec des jeux d’acteurs vraiment inspirants et convaincants. Cette série allemande a voulu apporter un éclairage sur le fonctionnement des hassidiques avec beaucoup de bienveillance. L’idée en effet, est de permettre aux spectateurs de découvrir une communauté peu connue, en tout cas pour ma part. Le respect des rituels et des détails sont très proche de la réalité puisqu’ils ont été réalisé grâce à un membre de cette même communauté. Il y incarnera d’ailleurs un rôle central. Je vous invite par ailleurs à regarder le “making of” à la fin de la série qui décrit très bien tout le processus de réalisation.

Vous pouvez découvrir la bande-annonce ici :

“Unorthodox” et le développement personnel ?

À vrai dire, lorsque j’ai regardé cette série, j’étais en train d’écrire mon article sur  l’importance de pouvoir identifier ses besoins. D’ailleurs, si vous ne l’avez pas lu, vous pouvez le faire ici.

En fait, Esther représente pour moi l’exemple parfait pour illustrer l’importance de réussir à identifier ses besoins, mais aussi de les assumer.

Tout au long de la série Esther va évoluer et vivre parfois des moments très douloureux. Un fin mélange de rejet, de culpabilité, d’audace, d’amour de soi et de renaissance. Se sont des mouvements que l’on retrouve très régulièrement lorsque l’on s’engage sur la reconnaissance de nos besoins.

À travers tout son parcours, elle va être en effet ballotée entre ses besoins d’appartenance à sa communauté et ses besoins de liberté et d’accomplissement. 

Pour autant, au fur et à mesure des épisodes, on découvre une jeune femme qui va faire preuve d’audace en osant se donner la permission de vivre. Elle va découvrir des notions de plaisir et de lâcher-prise. Toutes ces expériences vont lui permettre d’affiner la perception de ses besoins réels, d’accroître sa motivation et sa persévérance coûte que coûte.

Bien sûr, il s’agit d’une situation un peu extrême avec des liens d’attachement très marqué. Les enjeux sont assez fort et c’est justement ce qui m’a plu. C’est en effet assez marquant pour être suffisamment parlant. A nous de ramener ces notions dans nos réalités et d’y faire nos propres parallèles.

On pourrait y percevoir encore bien d’autres notions qui amènent à la réflexion comme la reconnaissance, l’affirmation de soi ou encore la résilience.

Pour aller plus loin :

Pour finir, je tiens à écrire quelques mots sur le traumatisme. Ayant été très sensibilisée à cette notion, de part ma profession initiale je me dois de faire un parallèle.

Comme vous le verrez dans la série, il y est très souvent abordé la shoah et toute la souffrance de ce peuple. Il s’agit bien sûr de traumatismes extrêmements douloureux et qui sont très marqué dans cette communauté, entre autres. Ils entraînent de ce fait, un profond conditionnement générant une crainte massive du monde extérieur et de ce qu’il peut amener de nouveau avec des comportements de rejets. L’héritage des souffrances des plus anciens règne en maître cultivant ainsi une forme de haine contre leurs bourreaux d’époques, qui paraît comme figée dans le temps. D’ailleurs, les jeunes générations vivent en permanence avec cet héritage , cette souffrance qui finalement ne leur appartient pas tellement.

On perçoit ici de façon très nette l’impact des traumatismes, leurs gestions et leurs répercussions dans le temps surtout quand il s’agit de traumatismes massifs comme ceux qu’ils ont pu connaître.

Les quelques points clefs à retenir :

  • Une découverte sur le fonctionnement d’une communauté peu connue. Il me semble toujours intéressant d’être curieux sur les modes de vies des gens qui nous entoure, on développe ainsi notre ouverture au monde.
  • Elle aborde des sujets encore tabou et pourtant tellement important comme le mariage, l’avortement, l’éducation, le poids des traditions, mais aussi la sexualité entre autres. 
  • Elle apporte un éclairage sur la notion de traumatisme collectif et sa transmission intergénérationelle. Ici l’héritage collectif est très fort. Mais à vrai dire, chacun à notre niveau nous héritons des souffrances ou des fonctionnements de nos anciennes générations qui conditionnent de façon inconsciente nos comportements. On appelle cette science de la psychogénéalogie
  • La série évoque aussi la façon dont nos émotions trouvent toujours des moyens pour venir nous alerter lorsque nous sommes trop en décalage avec ce que nous vivons. D’ailleurs, si la question des émotions vous intéresse, vous pouvez lire l’article du blog “ émotions amies ou ennemies” ici.
  • Évidemment, l’importance d’identifier ses besoins et des les assumer. 
  • Mais aussi, elle aborde des notions de valeurs profondes et de persévérance.
  • Bien sûr, et ça vous le découvrirez en regardant la série, la puissance et la pertinence de l’art comme moyen d’expression et de résilience.

Conclusion : 

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une série qui mérite vraiment le coup d’’œil. D’une part pour toutes les réflexions et le questionnement qu’elle suscite et d’autre part pour son approche culturelle.

Je vous invite donc à vous plonger dans cet univers rempli de contradictions, de dévouement, mais aussi d’amour et de liberté. 

Si vous percevez d’autres points qui vous paraissent important et dont je n’ai pas parlé dans l’article, n’hésitez pas à me laisser votre commentaire ! 

Laissez-moi également votre avis après le visionnage de cette mini-série, je serais heureuse d’échanger avec vous sur ce sujet.

Vous aimez ces chroniques ? Faites le moi savoir en partageant l’article à vos amis ou en me contactant directement. 

Et en attendant vos retours, je vous souhaite un bon visionnage ! 

Marion SOULET

2 réflexions sur « Avez-vous vu…la série Unorthodox? »

  1. C’est vraiment une super idée ton concept ! Tu vas pouvoir sûrement toucher un public plus large et tes propos paraîtront peut-être plus concrets pour certains avec une illustration comme ici, le personnage d’Esther.
    Vraiment trop chouette, continues à fond 🙂
    Au plaisir de te lire de nouveau !
    http://Www.popcornetpellicule.com

    1. Merci Sandra pour ton retour qui me motive pour continuer ces petites chroniques ! Au plaisir d’échanger avec toi de nouveau !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page
30 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez30
%d blogueurs aiment cette page :