Nos émotions : amies ou ennemies ?

Longtemps perçues comme négatives ou signe de faiblesse, nos émotions ont toujours été source de nombreuses interrogations. Pourtant, aujourd’hui, les neurosciences et la psychologie moderne permettent de mettre en lumière leur fonctionnement si important pour notre évolution.

En tout premier lieu, je dois vous dire qu’ il s’agit d’un sujet très vaste et complexe . On pourrait écrire des centaines d’articles dessus. Pour ma part, j’ai choisi de l’aborder de la manière suivante, mais on peut tout aussi bien le traiter différemment.

A travers cette petite réflexion, je vous propose d’aborder leurs rôles brièvement et leurs conséquences sur notre corps et notre vie. Pour finir, j’aimerai vous soumettre quelques solutions qui existent pour changer la donne !

Alors amies ou ennemies ? A vous de voir !

Les différents types d’émotions :

Tout d’abord, chaque émotion a un rôle spécifique même celles dite positives ou agréables comme la joie, la reconnaissance ou la gratitude. Nous n’aborderons pas ici leurs effets et leurs buts. Cependant, si le sujet vous intéresse n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire.

Pour commencer, il faut comprendre que les émotions nous sont et nous ont toujours été d’une grande d’aide. En effet, leur première fonction était de permettent la survie de l’espèce, dont certaines nous alertaient sur la présence d’un danger réel ou non. On les appelle les émotions primaires. Leurs manifestations sont automatiques, fonctionnelles et inconscientes. Leur apparition est brutale, leur effet intense et rapide.

Prenons l’ exemple de la peur ou de la colère. Elles vont s’exprimer de la même façon au niveau physiologique chez tous les individus. D’abord, on va retrouver une accélération du rythme cardiaque, puis de la fréquence respiratoire, une contraction musculaire ainsi qu’une production d’adrénaline qui va préparer le corps au mouvement. Cet état n’est pas sensé rester dans le temps.

Ensuite, on retrouve d’autres types d’émotions, qui ont un fonctionnement plus complexe. On les appelle les émotions « secondaires ou sophistiquées ». Par exemple on peut retrouver la honte, la culpabilité, l’envie, la gratitude….etc. D’ailleurs, leurs manifestations ne sont pas automatisées ! C’est à dire, qu’elles ne s’expriment pas de la même manière en fonction des individus et du contexte socio-culturel. Leur apparition est plus insidieuse et leurs effets peuvent durer dans le temps, ce qui fatigue beaucoup le système nerveux.  

Leur fonctionnement :

Pour continuer et aller un peu plus loin dans la compréhension de ce merveilleux système d’alarme, il est nécessaire de comprendre que l’émotion fait suite à l’interprétation que nous faisons d’une situation donnée. Notre interprétation, elle, dépend de notre système de croyance. Par exemple, une situation qui générera une émotion de honte chez une personne n’en générera pas chez une autre. Il s’agit  donc bien là d’une perception d‘un individu en lien avec son état intérieur et ses schémas de pensée. Néanmoins, il se peut que quelques mois plus tard, n’étant plus dans le même état intérieur, une même situation fasse ressentir une émotion différente.

S’ajoute à cela un autre point important : l’’émotion va automatiquement générer la mise en place de comportements qui sont propre à chacun . Celui ci va entrainer une réponse de l’environnement qui alimentera à son tour le système de pensée de l’individu.

ETAT INTERIEUR  = PERCEPTION = EMOTION = COMPORTEMENT = ETAT INTERIEUR

A quoi nous servent nos émotions :

Prenons le cas d’une voiture, quand tout roule rien ne s’allume. Vous prenez bien soin de votre véhicule, vous faites les réparations et l’entretien régulièrement. Si ce n’est pas le cas au bout d’un certain temps un voyant va clignoter en orangeattention ça commence à chauffer“. Là encore, si vous choisissez de ne pas vous en occupez il va passer au rougeça devient urgent !!“. Par conséquent, en choisissant de ne pas y prêter attention c’est toute la mécanique de la voiture qui risque de souffrir. Au bout du compte la voiture ne démarre plus c’est la panne ! Votre voiture deviendra un problème de plus !

 Notre système émotionnel fonctionne un peu de la même façon, il a un rôle d’alerte ! Certes c’est beaucoup moins mécanique et nous n’avons de petit signal nous indiquant précisément ce qui ne marche pas. Cependant, il nous met en garde lorsque la situation que nous vivons ne nous nourrit pas suffisamment ou est en décalage avec nos valeurs!

Il est à noter que moins nous prenons en compte nos émotions plus elles s’intensifieront jusqu’à peut-être aller toucher le fonctionnement de l’organisme. Nous verrons cela plus en détail un peu plus loin.

Les émotions nous informent sur notre état intérieur

Il ne faut pas oublier que le fonctionnement naturel de l’humain veut que nos actions répondent à des besoins. Ceux-ci évoluent depuis des siècles et changent énormément en fonction de nos conditions de vie . Bien sûr ces besoins sont différents d’un individu à l’autre, en dehors des besoins primaires comme manger, boire, éliminer il va de soi ! Pourtant le message n’est pas toujours très clair et il arrive souvent que plusieurs émotions s’emmêlent. Evidemment, la reconnaissance de nos émotions demande un petit peu d’apprentissage mais a force de se prêter au jeu on finit par en comprendre les règles.

A titre d’exemple :

Je n’ose jamais parler en public, je ressens automatique un profond sentiment de honte (alimenté certainement depuis l’enfance). Je ressens beaucoup de frustration, je me mets dans des comportements de fuite, je peux vivre du rejet de mon environnement et ainsi alimenter de l’amertume, de la colère…etc. ! Je nourris des pensées négatives et dévalorisantes comme je ne suis pas capable” ou “je n’ai rien à dire” ou encore “je suis rejetée du groupe“.  Je vais alors probablement ressentir un mal être de plus en plus envahissant. Vous voyez le cercle vicieux ?

On peut alors partir de l’hypothèse que la honte ressentie vient mettre en lumière un besoin de reconnaissance ou d’affirmation de soi.

Un peu tiré par les cheveux? Et bien non, pas tant que ça !  

A bien considérer les choses : “j’ai honte car au fond je n’ai pas confiance en moi. J’imagine ainsi que les autres vont se moquer, je me mets donc à distance pour me protéger de ces potentielles moqueries. Je finis par me répeter ce que je crois être la réalité “je ne suis pas à la hauteur”. On retrouve bien ici l’interprétation, l’émotion, le comportement qui alimente à son tour la perception.  

Derrière chaque émotion se cache un besoin satisfait ou non.

Les complications :

Nous l’avons vu, les émotions peuvent nous servir de système d’alarme. D’une façon générale que se passe-t-il concrètement quand nous n’arrivons pas à les décrypter?

Il faut reconnaitre que nous avons tendance à inhiber nos émotions et ce pour différentes raisons soit parce que leurs manifestations sont trop désagréables à vivre ou que nous ne sommes pas prêt à entendre le message ou alors par manque de connaissance de soi.

A vrai dire, cela n’empêche en rien leur existence bien au contraire! De façon générale, les ressentiments engendrés vont entrainer des complications. Ils vont s’exprimer par des frustrations de plus en plus intenses, voir même des réactions disproportionnées face à certaines situations. Qui n’a jamais ressenti une colère démesurée dans une situation anodine ? C’est un peu comme l’arbre qui cache la forêt….

Quels types d’émotions pouvons-nous ressentir? (liste non exhaustive) :

  • Insatisfactions 
  • Perte de sens
  • Désespoir
  • Frustrations
  • Colère
  • Fatigue chronique inexpliquée
  • Nostalgie démesurée
  • Amertume
  • Culpabilité
  • Angoisses.

A savoir : Au plus on ressent ces sensations au plus on se met dans une posture démissionnaire !

Pour aller plus loin :

  •  L’émotion est repoussée, non considérée, parasitée : à ce stade on essaye de satisfaire notre état intérieur par des besoins immédiat, rassurant sur l’instant et sécurisant. En somme, on n’apporte aucun changement dans nos habitudes, ce qui ne sera pas aidant sur le long terme : on mange dès qu’on est stressé, on fume plus, on boit plus, on se met devant Netlfix automatiquement quand on rentre du travail…etc.
  • Les frustrations et les ressentiments s’accumulent : les besoins n’étant pas nourris, les émotions continuent de croitre. Dès lors, on commence à ressentir beaucoup de frustration, on réagit fortement et de façon un peu disproportionnée. On peut devenir irritable et les tensions dans notre vie quotidienne et familiale apparaissent. C’est le début d’une perte de sens.
  • Des réactions secondaires commencent à apparaître : le corps lui commence à se faire entendre : trouble du sommeil, charge mentale trop importante, perte d’énergie, fatigue chronique…etc. On est en perte de sens totale. Des ressentiments pointent le bout de leur nez : l’envie, la jalousie, la colère, la comparaison aux autres. On se dévalorise : “de toute façon ce n’est pas pour moi , c’est toujours pareil , “je ne suis pas capable“. Là, on crée des généralités et ça rassure ! On se victimise, l’environnement devient responsable de nos malheurs !
  • La mise en place des comportements de sur-adaptation : on va, pour tenter de reprendre un peu de contrôle, se focaliser sur une tâche, une activité, un rôle en particulier et s’y plonger corps et âme. On surcharge le moteur qui étouffe sérieusement. Le corps manifeste encore plus de désordre. On se blesse, on tombe malade plus souvent. Evidemment, on a tellement la tête dans le guidon qu’on ne sait même plus ce qu’on ressent : on devient indifférent à soi-même et par conséquent aux autres. Les frustrations et les ressentiments eux continuent toujours d’augmenter.
  • Etat de pré- crise : Des maladies physiques ou psychiques peuvent arrivées ! D’autant plus qu’on ne comprend pas ce qui nous arrive, on est déstabilisés  ! “comment j’en suis arrivé là “, ” j’ai toujours tout fait pour les autres, et voilà où j’en suis “! On est victime de tout et surtout de soi même !!
  • Etat de crise : là c’est le burn-out !! Un élément déclencheur fait sauter la marmite ! Tout explose, on est KO ! Le boulot, la famille, les relations amicales, le corps…tout se met à disjoncter ! Un peu comme la voiture, les alarmes émotionnelles sont devenues des problèmes !

Toutes ces manifestations, hormis dans le cadre de maladies somatiques ou psychiques identifiées, ne sont que des symptômes !

Rassurez-vous car on peut toujours remonter la pente!  Combien de personnes, ayant subis des burn-out, ont changé du tout au tout leur mode de vie suite à cela ?! Enormément !

J’ai côtoyé dans mon travail des personnes dans des souffrances majeures qui avaient typiquement suivis ce schéma et qui avec l’aide de professionnels ont pu rebondir et ainsi se recréer pleinement !

Il est évident que le but n’est pas d’attendre que cela se produise mais de prévenir, d’être attentif à soi. Car bien que l’on puisse toujours rebondir se sont des épreuves de vie complexes et difficiles à vivre pour tout le monde !

11 solutions pour apprendre à mieux gérer et comprendre ses émotions :

  • La prévention : comme vous qui êtes en train de lire mon article vous vous sensibilisez ! De ce fait, vous prenez conscience que vos émotions ne sont pas juste là par hasard mais qu’elles sont d’une importance majeure pour votre santé ! Développez votre curiosité sur le sujet !
  • L’accueil : accueillir ce qui se passe en vous, sans jugement ni culpabilité est déjà une étape importante pour apprendre à mieux les gérer !
  • L’Identification de son système de valeur : le fil rouge indispensable à tous individus. Quels sont mes importants dans la vie ?
  • Une conscientisation de nos perceptions : en prenant conscience qu’une situation est lu par notre filtre interne et n’est pas nécessairement la réalité est déjà un pas en avant énorme ! Par la suite pouvoir modifier un peu nos perceptions pour vivre des émotions différentes et plus nourrissantes sera nécessaire !
  • En apportant une attention et une observation particulière à nos mouvements intérieurs afin d’en comprendre le sens. En prenant de la hauteur et en apprenant à nous connaitre on choisit de prendre le chemin de l’épanouissement. On s’autonomise. Cela dit ça n’empêchera pas les problèmes d’arriver aussi graves puissent-ils être !  Cela veut juste dire que vous pourrez mieux comprendre ce qu’ils viennent  animer en vous et surtout comment vous pouvez y répondre tout en vous respectant ! Et ça croyez moi, enfin non expérimenter le, ça change tout !!
  • Prendre soin de soi : alimentation, sport, rythme de vie équilibré. Le corps est notre moteur !
  • L’utilisation de techniques comme la méditation, la sophrologie, la cohérence cardiaque. Le but est de calmer le mental et le système nerveux : 5min par jour suffisent ! Ce qui compte n’est pas nécessairement la quantité mais la régularité !
  • Faire des activités nourrissantes : identifier les activités qui vous font du bien ! D’autant que cela peut être très simple et ludique : randonnées,  peinture, lecture, passer du temps avec des amis, bricoler…etc. ! Là on sécrète de la sérotonine qui est l’hormone du plaisir ! Indispensable !!  
  • Travailler sur ses croyances limitantes : “si je m’occupe de moi je suis égoïste”, “le bonheur n’est pas pour moi”, “on ne m’a jamais appris à m’exprimer”…etc. Et puis modifier ses schémas de pensée permet d’augmenter le champ des possibles !
  • Poser une attention particulière sur votre mode de communication : Vous avez tendance à être très souvent dans la plainte, la critique ou à utiliser la négation ? Les mots ont un réel impact sur nos états intérieur.
  • Demander de l’aide : Parfois et malgré tout cela, il est difficile de savoir ce qu’il se passe. Vous pouvez aussi contacter un professionnel qui vous aidera : psychologue, coach, praticien en développement personnel…Ne restez pas dans le mal être !

Je vous propose ici une petite fiche synthétique illustrant mes propos !

10 solutions pour mieux gérer ses émotions.

Conclusion

Pour résumer, je dirai que nos émotions, à travers leurs manifestations, nous orientent et nous guident sur notre chemin. Un peu comme des amies fidèles qui sauraient nous dire quand nos comportements ne respectent pas nos importants !

En d’autres termes, ne les fuyez pas, accueillez les pour ce qu’elles sont et pour le merveilleux message qu’elles essayent de vous envoyer !

Merci pour le temps que vous avez accordé à la lecture de cet article.

Vous l’aurez compris le sujet des émotions est très dense ! Bien sûr, je n’ai pas pu traiter tous les aspects mais j’y reviendrai avec des compléments d’informations et d’outils très prochainement.

N’hésitez pas à me laisser des commentaires, à me poser des questions ou à partager cet article s’il vous a plu.

Marion SOULET

4 réflexions sur « Nos émotions : amies ou ennemies ? »

  1. Merci beaucoup, pour ce regard ami sur nos émotions. Il est d’ailleurs bien intéressant de se demander pourquoi la première sensation corporelle de la traversée d’une émotion passe d’abord par le cœur….
    Et joie et gratitude ne sont souvent que des mots mal compris et mal ressentis, peux tu nous en dire plus…

    1. Merci pour cette remarque ! C’est tout à fait pertinent, le coeur n’est pas uniquement une pompe mais est un organe complexe dans lequel on retrouve de nombreux neurones responsable de nos réponses émotionnelles. Je voulais justement écrire un article dessus!!
      Comme expliqué dans l’article, j’ai fait le choix de ne pas aborder les émotions agréable mais j’ai entendu ta demande et je trouve ce sujet très interressant. Ces émotions nous sont tout autant nécessaire ! Je vais donc inscrire cette idée dans ma do to list! Merci !

  2. J’ai longtemps confondu émotions et sentiments, la première étant un vent fugace qui nous traverse et s’en va , la seconde s’inscrivant dans nos corps, nos cellules nos énergies. Qu’en pensez-vous ?

    1. Bonjour ! Merci pour ton commentaire. C’est une excellente remarque !! A vrai dire lorsque j’aborde la notion “d’émotions sophistiquées” comme la honte, la culpabilité ou encore la gratitude on se rapproche plus du sentiment à proprement parlé. Afin de ne pas induire trop de confusion je suis restée sur le terme d’émotions. Donc oui l’émotion est plus réactive, automatique et spontanée avec des manifestations corporelles tandis que le sentiment s’inscrit plus dans le temps, est propre à chacun et est plus intellectualisé. Merci pour cette précision!!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page
68 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer2
Partagez66
%d blogueurs aiment cette page :