Et si on parlait de coaching ?

Focus sur cette pratique pas si nouvelle

Si vous lisez ces quelques lignes, c’est certainement que le coaching vous questionne. Peut-être même qu’il attise votre curiosité voir vous attire tout court. 

En effet, c’est un terme que l’on utilise et que l’on entend aujourd’hui très souvent. Cependant il n’a pas parfois pas toujours très bonne réputation.

À travers cet article je souhaite vous proposer une réflexion sur cette notion de coaching. On y abordera les valeurs qui me semble indispensable à avoir pour tous les coachs, mais qui sont surtout les miennes. Je souhaite également aborder avec vous les erreurs à éviter avant de se lancer dans son coaching.

Mais avant tout, revenons aux bases.

Un peu d’histoire :  

Etymologie :

Le mot coach, qui est un anglicisme aujourd’hui, vient en vérité du français “coche, qui au XVe siècle était une diligence. Vous savez cette voiture tirée par des chevaux et qui était conduite par un cocher ? Son travail consistait à conduire les passagers d’un point A à un point B ! Plutôt surprenant n’est ce pas ? Et pourtant l’image est vraiment parlante. 

Evolution :

À vrai dire, le coaching à toujours existé et un de ses pères fondateurs n’est ni plus ni moins Socrate. Il avait déjà à l’époque la conviction que l’humain était doté de ressources intérieures suffisamment solide pour lui permettre de trouver ses propres solutions. 

Au Ve siècle avant J.C. Socrate défendait une philosophie appelée la “maïeutique” que l’on peut traduire par ” l’art de l’accouchement de l’âme”. Le terme vient d’une figure mythologique appelée “Maia”, qui était censée veiller sur les accouchements. A travers cette métaphore, Socrate voulait mettre en lumière la capacité de chacun à pouvoir s’autonomiser et à développer son plein potentiel . Et ce grâce notamment à l’appui et aux questionnements d’un accompagnant. Ce principe est tout bonnement celui que l’on retrouve de nos jours dans l’approche du coaching ! 

On retrouve cette notion par la suite dans les années 50. C’est là où vraiment le terme de coach a pris une place importante. Il s’apparentait cependant essentiellement à ” l’entraîneur”, donc au domaine sportif. Il faut attendre les années 80 pour que se démocratise cette profession. On l’a retrouvera alors essentiellement dans les sphères managériales et en entreprises. Et ce n’est que  dans les années 90 que le coaching est apparu en France avec notamment la création de la première école en 1988. 

Et de nos jours :

Actuellement, c’est une profession qui est en plein essor. On l’a retrouve  dans beaucoup de domaines qu’il s’agisse de coaching d’équipe, d’entrepreneur, ou individuel.

L’apparition du développement personnel et le souhait pour beaucoup de vivre une vie plus épanouissante et sensée à permis au coaching de s’imposer. Il aujourd’hui considéré comme un outil précieux pour atteindre ses objectifs de vies ou pour initier des transitions professionnelles. 

Si vous souhaitez en apprendre d’avantage sur le développement personnel vous pouvez consulter l’article du blog ici

En effet, sa polyvalence lui permet de pouvoir venir questionner nos représentations et nos schémas de vie sous des angles très variés. Qu’il s’agisse de communication, de confiance en soi, d’estime de soi, de comportements ou encore de trouver sa voie, le coaching à toute sa place. 

Pour ce faire, il utilise différentes approches. Comme la PNL, l’analyse transactionnelle, la gestalt-thérapie, la communication non violente entre autres. Il pioche ses fondements dans  la psychologie humaniste, sociale mais aussi dans les thérapies cognitivo-comportementales ou encore de l’approche systémique. . 

Point de vigilence :

Cependant j’attire votre attention sur l’ importance de faire la différence entre un coaching et une psychothérapie. Car même si ces deux approches peuvent être complémentaires, l’un est coach tandis que l’autre est thérapeute. Les formations sont différentes et les objectifs aussi. En effet, en coaching on s’attarde beaucoup plus à la question du “comment” qu’à celle du “pourquoi”

Alors parfois il sera nécessaire de comprendre le pourquoi avant de changer le comment mais ça c’est une autre histoire.

Le nombre de coaching existant aujourd’hui le rend très accessible mais aussi confusionnant. Je vous invite donc grandement à prendre le temps de vous questionner sur vos besoins pour trouver la personne qui vous correspondra le mieux. Bien sûr gardez toujours votre capacité de discernement. Et rappelez-vous qu’en coaching il n’est jamais question de soumettre des opinions ou d’amener qui que ce soit à agir contre sa volonté. Si c’est le cas c’est que votre coach n’en est tout simplement pas un ! 

J’ai regroupé ainsi plusieurs points qui me semblent fondamentaux pour débuter toute forme de relation d’aide. Certains de ces principes s’appliquent aux coachs et d’autres à ceux qui souhaitent entamer un accompagnement. Ils sont le fruit de mon expérience de terrain, de mes réflexions mais aussi  de mes apprentissages et de mes formations. 

Les valeurs d’un bon coach  ( selon moi ) :   

Prendre soin de la relation et oeuvre pour la connaissance de soi

Socrate

L’humilité :

Le savoir du coach a pour vocation unique de  permettre à la personne accompagnée de progresser et d’atteindre ses objectifs tout en mobilisant les ressources intérieures. On ne sauve personne à vrai dire et heureusement, cela générerait une relation plutôt malsaine. Accompagner quelqu’un c’est surtout pouvoir lui apporter cet espace dans lequel il va pouvoir se retrouver et se questionner. Il ne s’agit en aucun cas d’avoir des attentes quelconques en tant que coach car elles ne seraient le fruit que nos propres représentations !

Socrate disait ” ce que je sais, c’est que je sais que je ne sais rien “. C’est cela pour moi l’humilité !

Cela donne  juste la possibilité à la personne accompagnée d’aller explorer sa propre intériorité sans être influencé par des projections qui ne lui appartiennent pas. Être coach c’est agir comme une sorte de réflecteur ni plus ni moins. C ‘est adopter une posture suffisamment sécurisante et contenante sans pour autant qu’elle soit enfermante et directive ! Être humble c’est aussi être capable de se remettre en question et de déléguer quand cela est nécessaire . Mais c’est aussi et surtout  être conscient de ses forces et de ses limites. 

La bienveillance  : 

C ‘est un concept developpé par Carl Rogers, grand spécialiste de la relation d’aide.

Et c’est probablement un des termes que j’ai le plus entendu pendant ma formation d’infirmière. J’ai appris à en comprendre un peu plus le sens au fur et à mesure du temps. C’est un point central de toute forme de relation d’aide.  Être bienveillant cela signifie tellement de chose qu’une simple définition ne suffit pas pour en saisir toutes ses nuances. On y retrouve des notions d’écoute active, d’empathie et de congruence entre autres qui elles-mêmes regorgent de diversités. 

En bref la bienveillance est basée sur le fait que chaque être humain dispose en lui de ressources nécessaire pour lui permettre d’évoluer dans son développement personnel. 

Qu’est-ce que cela signifie concrètement ? C’est en fait la capacité pour  le coach de développer une écoute poussée des mots, du corps, des émotions, des différents vécus de la personne et de ses besoins qu’ils soient explicites ou implicites. Il ne s’agit pas uniquement d’entendre mais surtout d’accueillir.

Donc être dans une attitude bienveillante c’est pouvoir utiliser ses oreilles, ses yeux mais aussi son cœur et ses ressentis pour accueillir l’autre dans toute son entièreté et sa complexité. C’est aussi permettre à ce qu’aucune forme de jugement ou de croyance ne parasite la relation. Et croyez-moi parfois cela est difficile. Pour avoir exercée en détention, en unité pour malades difficiles ou dans la rue auprès de public en grande précarité, pouvoir faire preuve de bienveillance est bien plus qu’un simple concept, c’est une réelle attitude. Elle m’a permis dans certains cas de ramener une forme d’humanité là où il n’y en avait plus. Mais aussi de considération humaine afin de ne pas réduire l’autre à ses actes ou à sa situation. C ‘est un véritable challenge parfois mais cela permet la rencontre authentique avec l’autre.

L’authenticité : 

S’il y a bien une chose que j’ai retenue durant toute ma carrière c’est que mon principal outil de travail c’est moi-même ! Cela implique que pour être en relation avec l’autre il est nécessaire de l’être avec soi.  Et de préférence en bonne relation. Ça n’implique pas avoir réglé tous ses problèmes et heureusement. Seulement d’avoir conscience de ses mouvements intérieurs et de ses états émotionnels. Tout en continuant d’être au travail pour approfondir sa connaissance de soi. De plus, l’authenticité permet une chose incroyable : celle de créer de la confiance très rapidement. Et la confiance c’est ce qui fait qu’une relation d’aide devient vraiment qualitative. Sans elle il ne peut pas y avoir de travail et de lâcher prise. En somme l’authenticité dans les rapports humains et encore plus dans la relation d’aide et le coaching est la clef qui ouvre toutes les portes ! 

Il en existe bien sûr beaucoup d’autres que je n’ai pas détaillée ici. Comme la curiosité, l’adaptabilité, l’honnêteté ou encore la capacité à se remettre en question notamment.

Les erreurs à éviter avant de se lancer dans un coaching :

Le coaching c’est avant tout une rencontre entre deux personnes dans laquelle chacun à sa part de responsabilité.  il donc aussi important de vous interroger sur votre propre posture avant de débuter un coaching. C’est en effet une décision que vous prenez d’abord entre vous et vous-même. Cela implique une réflexion sur vos engagements.

Si vous voulez avoir réellement des retours sur votre investissement, car un coaching est avant tout un investissement que l’on fait sur soi, il vous faudra adopter quelques attitudes positives !  

J’en ai sélectionné quatre. Et elles me semblent être les plus importantes pour toute personne désireuse de se lancer dans cette belle aventure.  

1 ) Avoir des idées trop arrêtées :

L’ouverture aux possibilités

Au-delà de celles que votre coach réponde à vos critères de compétences bien sur !

Si vous débutez votre coaching en ayant une idée trop arrêtée vous risquez de vous fermer des portes ! Alors vous allez me dire que c’est un peu aux antipodes du principe de coaching qui est de définir des objectifs clairs. C’est en fait deux choses différentes. 

Pour vous donner un exemple personnel, quand j’ai débuté mon coaching je savais que j’avais besoin d’y voir plus clair sur mon parcours professionnel. Et je suis arrivée avec une idée précise en tête ! Au bout de la troisième séance et après avoir longuement réfléchis sur mon système de valeurs, je me suis rendu compte que mon idée de base ne me correspondait pas. Si j’étais restée sur ma position j’aurais probablement essuyé quelques déceptions à la fin ! C’est un peu toute la magie du coaching ! On travaille tellement sur soi qu’on met en lumière des aspects qui étaient jusque-là trop enfouis pour qu’on puisse en prendre conscience. Ce sont des étapes à franchir et avant de se fixer des objectifs clairs il faut être certain de là ou on veut aller ! Je vous invite donc à débuter vos séances en ayant cette ouverture d’esprit.  

2) Ne pas avoir envie de se remettre en question

Eh oui ! le coaching c’est un gros travail sur soi avant tout autre chose.

Ayez en tête que vous allez changer des aspects dans votre vie et que cela va vous demander des efforts. Vous aurez des exercices à faire, vous aurez à modifier vos comportements et à sortir de votre zone de confort. Et si vous souhaitez des changements et des évolutions c’est indispensable. En définitive  soyez conscient que c’est un engagement que vous prenez ! 

Vous pouvez aller consulter l’article spécialement écrit autour de cette notion de zone de confort pour vous aider.

Cependant rassurez-vous l’idée est malgré tout d’avancer à votre rythme. Vous disposerez pour ce faire d’un cadre prédéfinit avec votre coach sur lequel vous pourrez vous appuyer et trouver de la motivation.

3) Ne pas s’être préparé aux changements. 

Là encore si vous décidez de changer vos habitudes de vie, pour être plus en phase avec vous-même, vous devez avoir en tête que cela aura un impact sur vos relations personnelles ou professionnelles. Alors il peut être très positif, c’est-à-dire venir potentialiser ce qui existe déjà. Mais il peut être aussi plus perturbant et entraîner de réelles modifications dans votre rapport au monde, à votre monde ! 

En effet, chaque individu évolue dans un système qui lui est propre. En choisissant d’agir sur vous, vous venez insuffler un mouvement et obligatoirement générer des modifications au sein de ce même système.

Si vous n’êtes pas prêt à prendre ce risque vous allez vous retrouver bloqué à un moment donné dans votre accompagnement. 

Dans le coaching, en tout cas dans la façon dont je le perçois, il est question avant tout de découvrir ses valeurs, ses émotions et ses besoins. Dans le but d’agir et de s’accomplir. On s’offre un espace à soi dans lequel on va pouvoir se recentrer. On devient ainsi plus responsable et on apprend à différencier un peu plus ce qui nous appartient de ce qui ne nous appartient pas. Et comme on évolue tous chacun à notre rythme et il se peut qu’ un décalage arrive avec les personnes qui nous entourent. Là encore l’idée n’est certainement pas de tout envoyer aux oubliettes mais d’apprendre à composer et à communiquer différemment avec soi et les autres. 

4) Être trop impatient :

Parfois on aspire tellement au changement qu’on se s’accorde pas le temps nécessaire de le faire. On est focalisé sur l’objectif au point d’en oublier la façon dont on va pouvoir le mettre en pratique. Rappelez-vous que les comportements que vous avez mis en place jusqu’à présent sont devenus vos habitudes ! Les modifier peut donc prendre un peu de temps. 

Si vous voulez aller trop vite, votre inconscient risque de percevoir cela comme quelque chose de dangereux et instaurer des mécanismes de fuite ou de rejet. Ce qui serait dommageable. Donc patience !

Vous connaissez le diction : “Ne pas confondre vitesse et précipitation” ?

C’est bien de cela dont il est question

De plus, prenez conscience que votre cerveau à sa propre temporalité. C’est-à-dire qu’il a besoin d’assimiler certaines notions nouvelles pour pouvoir ensuite les mettre en pratique ! Soyez tolérant avec vous-même ! 

Finalement quand vous débuter un coaching, c’est comme si vous construisiez votre maison, briques par briques. Alors si vous oubliez de mettre le ciment, au moindre coup de vent elle s’écroulera ! 

Conclusion : 

Vous l’aurez compris, le coaching est aujourd’hui devenu un outil majeur pour permettre à quiconque d’accéder à un mieux-être. Son objectif final est d’être plus aligné avec ses valeurs, sa conception de monde et accéder à son potentiel inné.

Mais il s’agit avant tout d’une rencontre, d’un engagement mutuelle et d’un travail introspectif.

Il est pour moi indispensable en tant que coach de pouvoir vraiment réfléchir au sens que l’on donne à la notion de relation d’aide. Mais aussi aux valeurs que l’on défend, à sa posture professionnelle avec toujours l’envie de pouvoir apporter un service de grande qualité avec des échanges basés sur l’authenticité, la bienveillance et l’humilité. 

Il est aussi primordial que toutes personnes qui décident de s’engager le fasse en conscience. Cela évitera tout mouvement de passivité qui serait contre-productif ! N’oubliez jamais que vous êtes les acteurs de votre propre vie et que celle-ci est sous votre entière responsabilité ! 

En somme le coaching est un travail d’équipe dans lequel chacun doit jouer son rôle afin d’établir une relation de confiance qui sera le socle de tout progrès déterminant pour vous. 

Travail efficace

Nous sommes tous des êtes uniques avec des besoins et des perceptions différentes. Je vous invite donc à me dire qu’elles sont pour vous les valeurs qui vous semblent importantes dans cette relation entre coach et personne coachée. Donnez-moi votre avis en commentaire. 

Si mes valeurs résonnent en vous, n’hésitez pas à partager l’article. Vous avez certainement dans votre entourage des personnes qui pourraient être intéressées par mes propos ! 

A bientôt !  

Crédit photos : Image par Gordon Johnson de Pixabay  ; Image par athree23 de Pixabay ; Image par Gerd Altmann de Pixabay ; ; Image par Pettycon de Pixabay 

Marion SOULET

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Revenir en haut de page
3 Partages
Tweetez
Partagez
Enregistrer
Partagez3